La République "libérale" de Peillon

Peillon livre         

L'étrange " libéralisme " de peillon

Si beaucoup ont noté le fameux passage du livre de Peillon -- La Révolution française n'est pas terminée -- peu ont noté que son irrespect des liens familliaux tissés autour des enfants allait de paire avec une curieuse idée du libéralisme à destination des adultes. 

« 

p17: La République ne peut être elle-même , et construire sur des bases nouvelle un monde et un homme nouveaux, qu'à la condition de se précéder elle-même et de s'engendrer elle-même. (...)

     D'où l'importance stratégique de l'école au coeur du régime républicain. C'est à elle qu'il revient de briser ce cercle, de produire cette auto-institution, d'être la matrice qui engendre en permanence des républicains pour faire la République. République préservée, République pure, République hors du temps au sein de la République réelle, l'école doit opérer ce miracle de l'engendrement par lequel l'enfant, dépouillé de toutes ses attaches pré-républicaines, va s'élever jusqu'à devenir citoyen, sujet autonome. C'est bien une nouvelle naissance une transsubstantiation qui opère dans l'école et par l'école, cette nouvelle Eglise, avec son nouveau clergé, sa nouvelle liturgie, ses nouvelles tables de la Loi.

»   

le mot matrice me semble assez bien choisi, en référence au film...

Peillon_A_hitlerjugend

si Peillon, veut dépouiller l'enfant de toutes ses attaches on va lire mieux à propos des adultes:

«

p48: Il n'est pas question de remettre en causse l'idée que l'émancipation de l'individu se produirait bien par la libération à l'égard des relations de dépendances personnelles telles qu'elles se constituent dans les familles, les communautés religieuses, de travail ou politiques, les groupes ethniques. Mais il s'agit, pas contre, de montrer que cette émancipation, ce processus d'individualisation, s'est en réalité produit à partir d'un second processus auquel il s'est adossé, et qui suppose la mise en oeuvre sociale et politique de relations impersonnelle: << C'est grâce au poids plus important des liens de dépendance impersonnelle par la médiation d'institutions et de la redistribution que l'émancipation et la différenciation sont possible.>>

   Dès lors que l'on restitue les deux faces du processus d'individualisation et d'émancipation, d'une part la libération à l'égard des dépendances personnelles, d'autre part la mise en oeuvre de dépendances impersonnelles, on assiste aussitôt à un renversement de problématique par rapport à la vulgate dominante. Car alors, et contre toutes les idées reçues, on peut affirmer que, << en voulant réduire au minimum les fonctions de l'Etat, le libéralisme crée un environemlent qui interdit l'individualisation des individus et qui donc favorise, conscienment ou non, le communautarisme, sous prétexte de lutter contre l'assistance²>>. Et c'est donc, a contrario, le modèle républicain, en tant que ce modèle assure socialement et politiquement aux individus la liberté comme non-dépendance personnelle, qui favorise l'émancipation. Celle-ci suppose toutefois la mise en oeuvre d'un socle minimal de solidarité permettant d'assurer à chacun les conditions de son individualisation par l'accès à des biens indispensables.

² François de Singly, Les Uns avec les autres, quand l'individualisme crée du lien, Paris, 2003, p239.

»  

 

de une, Peillon confirme que le libéralisme rend les gens plus solidaires ( CQFD ? )

de deux, ce n'est pas seulement le lien parent-enfant qu'il veut supprimer, mais tous les liens familiaux, associatifs, politiques ou de solidarité, bref, tous les corps intermédiaires qui pourrait limiter la puissance de l'état sur l'individus.

Et c'est alors que, dans sa grande magnanimité, l'état tout puissant redonnera -- peut-être -- un peu de liberté aux individus,  tout juste sortis du conditionnement de la matrice...

Peillon_Fachisme_2

Remarquez: une association d'individus n'a pas été citée: quand les individus sans aucun lien --pas même de parti politique!!! --, seront aussi malléables que des billes dans un sac, il restera une association,une seule, plus puissante que jamais puisque sans aucun adversaire constitué:

le grand orient ...

 Peillon_Fachisme_5


 

Quand le "champion" de la laïcité nous fait une - très - grosse crise mystique

Vincent peillon

alors là, je vais pas commenter: la citation se suffit à elle même

«

p30   La sécularisation républicaine ou les métamorphoses du théologico-politique

        A la fois transcendante et immanente, une et plurielle, théorique et pratique, l'idée républicainne, comme forme recherchée d'une nouvelle alliance du temporel et du spirituel, de l'absolu et du relatif, se donne donc elle-même, du moins losrqu'elle s'établit dans la durée, comme une forme historique, c'est à dire mobile, discutable, progressive. Dans un processus plus global qui reconnaït la perfectibilité de la nature humaine, introduit la durée dans la nature physique comme dans la nature vivante, voit l'envahissement de l'histoire dans le champ de l'étude des société, la permanence du théologico-politique qui opère grâce à la sacralisation de la République est une permance sécularisée(..) L'absolu républicain est descendu dans le temps 

p31   Cette temporalité républicaine (...) déploie une histoire qui ne commence ni ne finit (...) est l'effet d'une pensée qui ne postule jamais la coïncidence possible du fait et du droit; de l'esprit et de la nature, de l'idée et du réel, (...)

»  

Moi, je trouve cela super trop rassurant, un ministre qui ne cherche pas de cohérence entre l'idée et le réel...

pas vous?

 

«

p33 La théologie républicaine est en réalité plus subtile. Elle se construit tout entière non pas à partir de la mort de Dieu, un événement qui aurait lieu, mais dans la mort de Dieu, comme événement qui ne passe pas et qui surtout ne doit pas passer, comme mort continuée, comme deuil sans terme, comme autre régime d'historicité.

»

La politique éducative et subtile de notre ministre se construit toute entière dans la mort de Dieu ...

                                  WHOUUUAAA ! ! !             c'est sûr, là, nos enfants sont sauvés !              

trop fort ce Peillon ...

On voit bien le plomb qui a fondu, mais la suite est pire: maintenant qu'il est ministre, il est en état de force donc:

«

p34 Pour le formuler autrement comme l'histoire ne s'écrit jamais qu'au présent, et que le présent n'est lui-même, par définition, qu'une transition entre un avenir qui n'est pas encore et un passé qui n'est déjà plus, il n'y a d'idée républicaine au singulier, y compris en tant qu'idée historique, que celle que certains ont réussi à imposer, dans le présent et selon un certain état des forces en présence, comme modèle normatif, en vue de l'avenir.

»

en fait, c'est un peu comme avec "mein kampf" on pourra pas dire qu'on aura pas été prévenus...

«

p163 La Révolution n'a pas su être une révolution religieuse. Cela veut dire, à la lettre, non seulement que la Révolution n'a pas su déraciner les anciennes croyances, n'a pas su non plus, malgré des tentatives diverses, forger une nouvelle religion, mais que la révolution n'a pas su révolutionner la religion elle-même. C'est sa limite? Et c'est cette impuissance, cet inachèvement, cette timidité des révolutionnaires qui expliqueraient leur echec.

»

??? jusqu'à 1550 décapitations en 24h à Paris... vous appelez cela de la timidité !!!

 


 confusion du politique et du religieux ???

<< p170   C'est que dans l'Ancien Régime il y a confusion du politique et du religieux, alors que dans le régime nouveau il y a séparation
>>  

cela reste à voir, vu ce qu'on lit plus loin:

<< p188   <<Dissocier la religion de la théologie, la rattacher à un nouveau domaine de référence, la politique et plus précisément l'idéal républicain et démocratique, ainsi se définissent les contours du projet libéral extrémiste>> La religion, ici, c'est la république, comme la foi, ici, porte sur la laïcité? Il y aurait donc une religion propre à la République, << l'aspiration de l'homme vers toutes les formes de la perfection de l'esprit>> , religion morale et religion active, exigeant l'engagement dans la Cité. La libre-pensée, dont nous savons qu'elle est intrasèquement liée à la République et au socialisme, est cette religion
>>  

on avait eu le coup du  << l'état, c'est moi>> 

Peillon nous la rejoue << La religion,  c'est la république >>   

çà... si c'est pas clairement une "confusion du politique et du religieux" ! 

Quand à l'affreux ancien régime, je constate quand même que les rôles politique (le roi) et religieux (la pape) était sous la responsabilité de 2 personnes bien distinctes. Ce qui rappelle la séparation des pouvoirs (entre juge et politiques, et même entre journalistes et politiques... avant que la mode ne soit à se mettre en ménage ensemble) 

  Peillon


 

Vincent Peillon: socialiste enragé et anticlérical virulent

 

vincent-peillon

On croyait que le début du XXème siècle faisait désormais partie de l’Histoire; 1905, la loi de séparation des Églises et de l’État, les inventaires houleux des biens de l’Église, les expulsions de religieux hors de France, les heurts avec une population encore très catholique: les fruits pourris d’une idéologie socialiste poussée au bout de sa logique semblaient s’être perdus dans le gouffre des heures maudites de notre passé national. 

 lire la suite sur http://taiaut.wordpress.com/2013/06/27/vincent-peillon-socialiste-enrage-et-anticlerical-virulent/ 


 

Les pages d'où sont extraits les passage mentionnés ci-dessus

peillon-la-revolution-015.jpgpeillon-la-revolution-015.jpg

peillon-la-revolution-016.jpg peillon-la-revolution-016.jpg

peillon-la-revolution-018.jpg peillon-la-revolution-018.jpg

peillon-la-revolution-038.jpg peillon-la-revolution-038.jpg

peillon-la-revolution-047.jpg peillon-la-revolution-047.jpg

 peillon-la-revolution-048.jpg peillon-la-revolution-048.jpg

peillon-la-revolution-052.jpg peillon-la-revolution-052.jpg

peillon-la-revolution-054.jpg peillon-la-revolution-054.jpg

peillon-la-revolution-056.jpg peillon-la-revolution-056.jpg


 

les pages 58 et 60 donnent une curieus idée de l'égalité

L'inégalité serait justifiable par la plus ou moins grande utilité ou réussite sociale ...

bigre, si c'est pas une superbe justification du capitalisme sauvage !!!

peillon-la-revolution-058.jpg peillon-la-revolution-058.jpg

peillon-la-revolution-060.jpg peillon-la-revolution-060.jpg

Comme disait Orwel: tous les animaux sont égaux, mais certains le sont plus que d'autres...

Peillon_Fachisme_6

 


 

peillon-la-revolution-069.jpg peillon-la-revolution-069.jpg

 


 

un billlet magnifique de H16

 Peillon, la référence éducation

extrait: <<

Vincent, Ah, Vincent… Tu permettras que je t’appelle Vincent, après tout, c’est ton prénom et ça sera plus sympathique que répéter « Peillon, peillon » dans tout le billet, parce que payer, nous n’arrêtons pas de le faire actuellement et que ça commence à bien faire. Vincent, mon brave Vincent, je ne pensais pas qu’en prenant ce poste de ministre à l’Education Nationale, tu parviendrais, en quelques mois seulement, à mettre un bordel aussi mémorable dans une institution aussi ancienne. Vincent, mon brave Vincent, tu t’es surpassé.

>>

la suite à lire sur http://h16free.com/2013/10/11/26393-peillon-la-reference-education?fb_action_ids=1015191570905107


 

http://switchie5.wordpress.com/2014/02/28/education-nationale-des-enfants-vincent-peillon-ideologue-dangereux/


 

 

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site