La liberté

La chosification de l'être humain fait partie du "package" de la modernité.

Tous les courants "main stream" nous assènent qu'elle est inéluctable…

Compterons-nous parmi nous assez d'hommes libres pour la refuser ??

 

 

Je vous conseil vivement de tout lire, mais bon: voici quelques extrait d'une conclusion d'un essai de Hannah A.

(…)

Or, je suis convaincue que cette impression changerait considérablement si les dires de Jésus de Nazareth étaient pris davantage au sérieux dans leurs implications philosophiques. Nous trouvons dans ces parties du Nouveau Testament un interprétation extraordinaire de la liberté et, particulièrement, du pouvoir inhérent à la liberté humaine; mais la capacité humaine qui correspond à ce pouvoir, qui, selon les mots de l'Evangile est capable de mouvoir les montagnes, n'est pas la volonté, mais la foi. L'œuvre de la foi, proprement son produit, est ce que les Evangiles appelaient << miracles >> , un mot qui a de nombreux sens dans le Nouveau Testament , et est difficile à comprendre. Nous pouvons ici négliger les difficultés et nous référer seulement aux passages où les miracles sont, de façon claire, non pas des événements surnaturels, mais seulement ce que tous les miracles, qu'ils soient accomplis par des hommes ou par un agent divin, doivent toujours être: des interruption d'une succession naturelle d'événements d'un processus automatiques dans le contexte desquels ils constituent la chose totalement inattendue.

(…) les processus historiques sont devenus automatiques; ils ne sont pas moins ruineux que le processus vital naturel qui commande notre organisme et qui, dans ses propres termes, c'est à dire biologiquement, conduit de l'être au non-être, de la naissance à la mort. Les sciences historiques ne connaissent que trop bien de tels cas de civilisations pétrifiées déclinant sans espoir, dont la condamnation semble fixée d'avance, comme une nécessité biologique; et comme de tels processus historiques de stagnation peuvent durer et cheminer des siècles durant, ils occupent même , de loin, l'espace le plus grand dans l'histoire écrite; les périodes de liberté ont toujours été relativement courtes dans l'histoire du genre humain.

(…)

Tout acte, envisagé

non pas du point de vue de l'agent, mais dans la perspective du processus dans la cadre duquel il se produit et dont il interrompt l'automatisme, est un << miracle >>— c'est à dire quelque chose à quoi on ne pouvait pas s'attendre.

(…)

Par conséquent, ce n'est pas du tout de la superstition, c'est même une attitude réaliste que de s'attendre à ce qui ne peut être prévu et prédit, de se préparer à des miracles dans le domaine politique. Et plus la balance pèse lourdement en faveur du désastre, plus miraculeux apparaîtra le fait accompli librement; car c'est le désastre, et non le salut, qui se produit toujours automatiquement et doit, par conséquent, toujours paraître inéluctable.

Hannah A. Qu'est-ce que la liberté?

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site