29 mai 2013, Vincent Autin épouse Bruno Boileau à la mairie de Montpellier. On les appelle les «mariés de l’an I». Ils sont les premiers homos à s’unir en France après l’adoption de la loi sur le mariage pour tous.

 

 

4 octobre 2014, Vincent Autin est toujours marié. Mais pas rangé. Il lance aujourd’hui samedi une association au nom à première vue plus grandiloquent que décoiffant: Grands projets d’avenir. Ce qui traduit en sigle donne GPA. Comme Gestation pour autrui, vulgairement «recours à une mère porteuse.» Une invitation à se battre pour une légalisation de ladite GPA, aujourd’hui sévèrement prohibée? «Que chacun y voie ce qu’il veut. Mais c’est évidemment un pied de nez.» Un pied de nez sciemment adressé au mouvement de la Manif pour tous qui battra une fois encore le pavé ce dimanche.

POUR LES FEMMES MODESTES

Outre cette facétie à l’évidence moins violente que certains slogans de la Manif pour tous, l’objet de l’association lancée par ce jeune époux qui a franchi la quarantaine est le suivant: recueillir des dons – financiers s’entend – pour les femmes modestes, toutes les femmes, quelle que soit leur orientation sexuelle, qui souhaitent recourir à la PMA (procréation médicalement assistée), et en sont privées en France. Parce qu’elles sont lesbiennes, célibataires, ou hétéros en couples depuis pas assez longtemps notamment pour en bénéficier.

Actuellement, la PMA est réservée aux couples hétérosexuels apportant une preuve de vie commune de plus de deux ans. Le couple doit prouver que l’un ou l’autre membre de ses membres (ou les deux) souffre d’infertilité pathologique ou que l’un d’eux est porteur d’une maladie grave, susceptible d’être transmise à l’enfant ou à son conjoint. Voilà pour la loi.

«PAS UN COMBAT LGBT»

Dans les faits, les femmes qui ne rentrent pas dans ces cases se rendent dans des pays européens aux législations plus clémentes. Mais encore faut-il en avoir les moyens. D’autres, moins nanties s’en remettent à de la«procréation artisanale». Soit un don de sperme, en dehors de tout contrôle sanitaire. «La France fait le choix de mettre des femmes en danger. J’ai eu la chance de me marier, la chance ou la malchance aussi d’être le premier couple, donc d’être médiatisé. Cela m’ouvre une petite porte, j’ai envie d’en faire profiter les femmes. Je suis gay, mais je lance ce projet en tant que citoyen. Je suis un homme, je me sens concerné. C’est une question d’urgence sanitaire. De permettre aux femmes d’avoir des enfants en toute sécurité. Il ne s’agit pas d’un combat LGBT. Je ne veux pas qu’on se contente d’enfermer cette question dans cette case.»

Dont acte. Même si Vincent Autin évoque aussi une sorte de «coup de force» face à François Hollande qui «n’a pas tenu ses promesses» sur l’ouverture de la PMA à toutes. Et encore «un coup de force» alors que la Manif pour tous s’apprête à défiler.

http://www.liberation.fr/societe/2014/10/04/le-premier-marie-gay-s-engage-pour-l-aide-a-la-pma_1114331