Quand l'extrême droite fait la sortie des classes

 Voici un formidable article de libé qui, si on sait décoder la langue de bois, confirme les sénarios les plus noirs de l'observatoir de la théorie du genre... 

et pourtant, c'est tellement énorme, j'ai beau avoir les documents devant les yeux, je me dit que c'est pas possible, c'est un rêve. 

donc voici l'article 

http://www.humanite.fr/societe/quand-l-extreme-droite-fait-la-sortie-des-classes-554426

entre les lignes transparait la vérité :

<<on sensibilise les élèves car ça ne se fait pas en terminale! Le but est d’enrayer les représentations mentales hommes-femmes », renchérit Marc Pirot, directeur de cabinet de la rectrice de Montpellier. >>

et voilà: ils confirment suivre les consignes du rapport Teychenné : endoctriner les enfants dès le primaire.

Combattre l’homophobie, c’est accepter de parler d’homosexualité à l’École : (...)  et tout particulièrement la possibilité d’aborder le sujet en primaire .Le débat sur ce dernier point est particulièrement vif entre les pédopsychiatres (...)                   

( extrait du rapport Teychenné page 42: "accepter de parler d'homosexualité à l'Ecole" )

et plus loin cette information, qui était pourtant niée férocement par les institutrices en face de nous , les yeux dans les yeux , l'ABCD a bien commencé à se mettre en place!

<<Plusieurs écoles tests vont mettre en place ces ABCD de l’égalité. «Mais ce n’est pas encore lancé. Nous avons juste eu notre première journée de stage», rappelle l’enseignante. >>

confirmation d'un autre mensonge: les institutrices niaient être inscrites à la formation, nous avons donc sortie un document habillement récupéré sur internet (un grand bravo pour cette trouvaille), et l'article confirme que cette liste n'était pas une farce:

<<Petit problème, la liste des écoles participantes et le nom des formateurs sont tombés dans les mains de la Manif pour tous. «On va essayer de comprendre comment c’est arrivé», assure Marc Pirot. >>

et enfin

<<«Nous ne sommes pas habitués à voir cette remise en cause de notre travail. Nous avons pris cela comme une agression et une dénonciation >>

Cà, on a bien vu qu'ils ressentaient notre mise en question comme une agression...

Pourtant, si ils étaient si fières de leur méthode pédagogique,
pourquoi ont-ils peur d'en parler aux parents ? ?

Pour ces gens, tout les mensonges et TOUT LES COUPS SONT PERMIS, 
que se soit contre nous ( il parait qu'ils ont dit aux parents que nous faisions partie de quivuitas ! ? ! c'est quoi ? ce truc ?
mais aussi, et c'est plus grave, contre les enfants, 
quitte à manipuler des institutrices pas forcement au fait de la logique finale des théories du gender.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site